Loudenvielle Site officiel de la Mairie & de l'Arixo

Au bonheur des Ogres de Barback, en résidence à Loudenvielle

15 mars 2019

les-ogres-de-barback-loudenvielle

Deux frères, deux sœurs, et un esprit de famille qui a enveloppé cette résidence à Loudenvielle pour les Ogres de Barback.

Depuis le début de la semaine, le groupe des Ogres de Barback, qui a fait sa renommée sur scène, prépare sa prochaine tournée, sur près de deux ans, dans l'intimité de la salle Valgora. Avec une première date samedi, sur place.

Après des vacances gorgées de soleil, le lac de Loudenvielle a retrouvé sa quiétude. Rien n'y fait. Pas même l'énergie déployée par les fratries des Ogres de Barback, au cœur du nouveau complexe Valgora, à l'isolement sonore éprouvé pour la première fois. Car depuis dimanche, les Ogres ont mis la main sur le Louron où les musiciens sont en résidence pour peaufiner leur tournée, dont le départ sera justement donné samedi soir,  à Loudenvielle. « Sébastien, leur régisseur, nous a contactés, explique Yvan Rodriguez, président de l'association qui porte le festivalSaute-Mouton, et a déjà accueilli les Ogres à trois reprises. On a un lien très fort. »

“Nous ne sommes pas riches, mais nous les bichonnons nos Ogres”

Après une première résidence sur le Plateau, à Saint-Laurent-de-Neste, le groupe souhaitait un nouveau cadre. « Quand on est venu ici, la montagne, la salle toute neuve avec cette vue, c'était top, lâche Sébastien, le régisseur du groupe. On bénéficie d'un cadre de travail parfait, sans déranger personne, ce qui nous permet de répéter de longues journées. On a tout sur place. Ça nous change de notre vie sur la route. Et puis, il y a une telle envie de tout nous faciliter. Les gens de l'association, de la ville, tout le monde met la main à la pâte. » Jusqu'à la décoration du plateau pour laquelle les bénévoles ont été sollicités. « Nous sommes une petite structure, pas riche, mais nous les bichonnons nos Ogres, avec des produits locaux. D'autant qu'il n'y a pas de décalage entre l'image qu'ils véhiculent et chantent et ce qu'ils sont. »

Un groupe aux 2000 concerts

Logés au camping voisin, se restaurant à Balnéa, les Ogres et leur tribu (24 personnes au total et une sacrée logistique) peuvent satisfaire leur appétit musical pour cette tournée marquant leurs 25 ans d'existence. « Les Ogres, on aime bien répéter, avoue Fred, le chanteur. Ces résidences, c'est un marathon pendant cinq jours, pour pouvoir être plus tranquilles pendant la tournée. C'est un moment clé. D'autant que c'est la scène qui nous a lancés, nous a construits. On va apporter des nouveautés, des surprises, pour se réinventer. » Mais aussi mettre en musique le dernier album du groupe, « Amours grises et colères rouges », qui sort ce vendredi. « On s'éclate sur scène. On s'y retrouve en famille, glisse Fred, profitant d'une des rares pauses dans l'enchaînement des morceaux, avalés goulûment par les Ogres. On reste humble, avec l'envie de quelque chose de qualité. Ça peut plaire ou déplaire mais sur scène, ce n'est jamais au rabais. On travaille jusqu'au bout, au millimètre. »

Méticuleux pour un spectacle intense de deux heures quinze qui tournera sur tout l'Hexagone, comme leurs 2.000 premiers concerts. Et sera donc lancé à Loudenvielle, samedi soir. « Les gens du coin se mobilisent. On a vendu près de 800 billets, savoure Yvan Rodriguez. Ce spectacle portera un peu du Louron à travers toute la France. Jusqu'à l'Olympia ! » Un nouveau chapitre dans l'histoire des Ogres.

Méticuleux pour un spectacle intense de deux heures quinze qui tournera sur tout l'Hexagone, comme leurs 2.000 premiers concerts. Et sera donc lancé à Loudenvielle, samedi soir. « Les gens du coin se mobilisent.  On a vendu près de 800 billets, savoure Yvan Rodriguez. Ce spectacle portera un peu du Louron à travers toute la France. Jusqu'à l'Olympia ! » Un nouveau chapitre dans l'histoire des Ogres.